Mon GR10, par fK

A faire et à refaire…

Des journées entières seul, dans la nature, la montagne, dans des paysages superbes et préservés, à cheminer au rythme de ses pas, à s’élever à la force de ses muscles, à contempler ce que la Terre nous offre de plus beau.
C’est ça, ce que le GR nous offre, et rien de moins.

Donc évidemment, l’aventure vaut d’être vécue.
A son rythme, en bivouac ou en dur, en une ou plusieurs fois, peu importe : les paysages sont bel et bien là, et ils nous attendent ! Et l’aventure est personnelle, à chacune et chacun d’écrire la sienne.

Bien sûr, il y a des étapes encore plus grandioses que d’autres : les plateaux calcaires après la Pierre Saint-Martin, le Pic du Midi d’Ossau et ses lacs vassaux, et tous les lacs du Néouvielle sont de vrais beaux sites qui valent à eux seuls le voyage. Mais ce serait fait injure aux autres étapes que de les oublier, tant les paysages varient, de la côte aux premiers vallons, des champs cultivés à tous les troupeaux, des jolis villages basques à ceux de montagne. Il y a de la diversité, et à voir partout.
Et même le bitume, pas mal présent au démarrage sur la partie basque, est vite oublié.

Je me suis donc régalé, et les quelques rares et petites galères ne sont que des épiphénomènes qui forment les meilleures histoires à raconter au retour. Mais globalement, c’est beau, c’est grand, c’est magique.
J’étais seul, et même si parfois j’aurais aimé pouvoir partager l’instant, je ne me suis pas ennuyé une seule minute. Le rythme lever / petit déjeuner / marche / arrivée, douche, petit moment de repos, apéro / dîner / coucher fait que la quasi-totalité du temps d’éveil se fait en marchant et en pleine nature.
Et paradoxalement, à juste profiter du moment, des sensations, on sent et on ressent, on écoute son corps, on se sent présent et vivant, et pendant ce temps le cerveau prend des vacances : je n’ai pas refait le monde ou ma vie dans ma tête, j’ai juste profité de chaque instant, en regardant le sentier sur l’avant.

Vivement la suite


Moment de calme au lac d'Ayous

Moment de calme au lac d’Ayous (au pique-nique de l’étape 8)

Voici le dernier billet de tout ce que j’avais en tête en revenant de cette première moitié de la magique traversée. J’espère que vous aurez eu plaisir à me lire…

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à m’envoyer un petit courrier sil vous voulez en savoir plus (et au besoin je modifierai ou ajouterai des articles), ou simplement pour donner votre humeur.

Une réflexion au sujet de “A faire et à refaire…

  1. :)

    La page d’accueil et le bilan sont teintés d’intime douceur, d’une belle ouverture à soi et à la vie. C’est très touchant…
    Te livrer dans les mots l’est tout autant.

    Ces pas, tes pas, semblent t’avoir rendu heureux – se réjouir du simple – et c’est tant mieux.
    Jolie continuation à toi.

    Une admiratrice secrète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *